Vieillir dans la dignité : un enjeu majeur pour la République

Vieillir dans la dignité : un enjeu majeur pour la République

L’insuffisance des moyens humains et financiers des établissements accueillant des personnes âgées est au centre de nombreuses pétitions en ligne alertant l’opinion sur la situation dramatique vécue par certains de nos concitoyens les plus âgés, mais aussi par les aidants qui les accompagnent au quotidien. Toutes s’alarment des conséquences de la récente réforme qui a changé les règles de tarification et d’allocation des ressources aux établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Elles déplorent, plus généralement, une très grave situation de sous-effectif et des conditions de travail dégradées. Unanimement, elles mettent l’accent sur une urgence : assurer aux personnes âgées un accueil, un accompagnement et des soins plus dignes.

.

Les pétitions portent en elles des enjeux financiers et sociétaux sur lesquels le Conseil économique, social et environnemental (CESE) s’est positionné depuis déjà quelques années : ainsi, en 2014, il avait favorablement accueilli le projet de loi relatif à l’Adaptation de la société au vieillissement, les orientations proposées, en faveur notamment d’une prise en charge globale et inclusive des personnes âgées, lui semblaient pertinentes. Pour autant, il s’inquiétait des incertitudes pesant sur le financement de la perte d’autonomie.

.

Aujourd’hui, la réforme de la tarification des EHPAD est au cœur des tensions. Cette crise ne peut toutefois pas être isolée des difficultés de notre système de santé : elle est un miroir grossissant de ses limites. Pour le CESE, cela signifie qu’il faut lui apporter sans tarder des réponses globales, dans une approche décloisonnée du médical, du social et du médico-social. Ses propositions s’articulent autour de 3 axes :

– prévenir, anticiper et financer la perte d’autonomie ;

–  adapter l’offre d’hébergement et de services aux besoins et aux attentes

– travailler ensemble autrement pour répondre aux exigences d’un accompagnement global et digne.

.

Ces conclusions rejoignent très largement le sens de mon combat depuis de longues années.

.

Il revient au Président de la République et au Gouvernement de prendre la mesure de cet enjeu et d’adopter les décisions qui s’imposent, dans l’intérêt général.

.

Yves Urieta

.

Ancien maire de Pau

Président de Convergence Républicaine

Membre honoraire du Conseil économique, social et environnemental

Yves Urieta

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*